Note 1.

Note 1.

J’écris ce texte pendant une nuit de réflexion.
Je le pose ici.

Je suis très fière de cette famille que j’ai construite, mes deux hommes sans qui je me sens vide et sans qui je ne vis plus.
Et pourtant…
Pourtant j’ai l’impression de passer à côté de plein de choses. De passer à côté de voyages, de rencontres, de partages, de découverte et de la vie. 
On m’a diagnostiqué une maladie il y a une semaine. Certes rien de grave car elle ne s’est manifestée que 3 fois en 4 ans mais j’ai peur. Peur qu’elle ne s’aggrave, peur de ne pas pouvoir profiter de la vie. 
J’aimerais tellement vivre plus de chose, essayer beaucoup. 
Mes journées enfermées dans la maison à ranger, nettoyer ou réparer ne me va pas (plus?). 
J’ai toujours dit étant petite « je ne travaillerais jamais enfermée dans un bureau, j’ai besoin de bouger et d’être dehors » et aujourd’hui je suis enfermée dans un bureau 3 fois par semaine pour ne pas vivre mais survivre. Je suis obligée d’avoir cet emploi pour payer les factures et pouvoir manger. 
J’appelle donc ça survivre puisqu’il n’y a rien de jouissif là-dedans. 
Suis-je faite pour cette vie de métro boulot dodo, je ne crois pas et pourtant j’en suis là. 

Affaire à suivre …

Laisser un commentaire

Fermer le menu