[Article invité] – Surprise bébé arrive… plus tôt que prévu.

[Article invité] – Surprise bébé arrive… plus tôt que prévu.

Aujourd’hui c’est Manon, 27 ans, journaliste et blogueuse qui prend les rennes du blog.
Elle vie à Tahiti et est maman d’un petit Matthéo, 4 mois, né à 34 semaines. 

son blog

Crédit photo : Laura Benvenuti

Surprise bébé arrive… plus tôt que prévu.

Vous avez réussi à prédire la date exacte de votre accouchement ? Votre médecin a estimé pile poil quand vous donneriez naissance à votre enfant ? Ouahh je suis admirative.
Parce que de mon côté, rien ne s’est vraiment passé comme prévu.

J’ai eu une grossesse plutôt « normale ». Nausées, vomissements, malaises… la routine pour beaucoup de femmes enceintes quoi. J’étais fatiguée mais pas de quoi me faire arrêter de bosser. Du côté de bébé tout se passait bien. Mon médecin me prédisait l’arrivée de mon petit garçon pour fin mai. J’avais hâte de voir mini nous. On a rapidement décidé de commencer à lui aménager sa chambre, à acheter ce qu’il fallait, et on a envoyé les invitations pour une petite fête, un baby shower. Un événement qu’on avait prévu d’organiser plus d’un mois avant l’arrivée de bébé.

Crédit photo : Laura Benvenuti

Le 19 avril j’ai eu un dernier rendez-vous avec mon obstétricien. « Tout va bien. Le col est fermé. Bébé est en haut. Il n’est pas prêt de descendre ». Ouf, j’étais rassurée parce que depuis plusieurs jours j’avais l’impression que bébé poussait vers la sortie… Bon c’était ma première grossesse. Pas de panique. En rentrant de mon rendez-vous j’ai eu quelques contractions. Ma sage femme m’avait prévenue qu’à partir du 7e mois le corps se préparait. Il ne devait donc s’agir que de « fausses » contractions. Ok. J’ai sorti mon ballon de grossesse, je me suis assise dessus, j’ai respiré et j’ai continué les préparatifs de la baby shower. Petits jeux, cadre photo, liste d’ingrédients à acheter pour le repas etc. etc. Mon mari était au travail. Il est revenu avec des plats chinois. Chouette j’adore ça. Mais j’avais de plus en plus mal. Pas moyen de manger. Je me suis décidée à envoyer un message à ma sage femme. « Tu as mal comment ? Bon, prends une douche chaude et un cachet, ça devrait passer. » Ouah la douche chaude… Magique. J’ai été tranquille deux bonnes heures.

Et puis en plein milieu de la nuit, mes contractions m’ont réveillée. Je n’avais pas du tout envie d’aller à l’hôpital pour qu’un médecin me regarde de travers et me dise que j’étais venue pour rien. Donc j’ai attendu. J’ai repris une autre douche. Mais là, pas de magie. J’avais toujours aussi mal. Finalement j’ai réveillé le futur papa. Paniqué, il me demandait de compter le temps entre mes contractions pendant qu’il commençait à rassembler des affaires. J’avais du mal à garder le fil. Je comptais une minute, peut être moins entre chaque contraction.

On a sauté dans la voiture. On a est arrivé aux urgences de la maternité en quelques minutes. « Vous avez rencontré un anesthésiste de l’hôpital ? » m’a-t-on demandé. Bah non, j’avais rendez-vous… la semaine suivante. Une sage-femme m’a auscultée avant de m’annoncée que j’étais déjà à 5 cm. « C’est un peu tôt mais vous allez accoucher », m’a-t-elle annoncé avec une grimace. Bon, ok. Je n’avais pas le choix. Bébé était en train d’arriver. Un mois plus tôt. Je n’avais pas encore terminé ma préparation à l’accouchement. Il allait falloir improviser.

On est allé chercher le papa resté à l’entrée du service. A l’annonce de mon accouchement imminent, il est devenu blanc comme un linge. Je l’ai regardé, levant les pouces en l’air pour le rassurer. Tentant maladroitement d’esquisser un sourire. Ça allait forcément bien se passer. Il fallait rester zen. On m’a emmenée en salle d’accouchement. La sage femme m’a expliqué qu’il allait falloir me faire une prise de sang pour savoir si je pouvais recevoir la péridurale. Restait ensuite à prier pour que les résultats arrivent à temps sinon, il allait falloir faire sans anesthésie. Hum… super. J’ai respiré et me suis agrippée à mon homme.

Au bout de longues heures, l’anesthésiste est arrivé. « C’est ok, je vais mettre en place la péridurale ». Ouf. Non mais honnêtement, la péridurale est une des meilleures inventions au monde. Je me suis enfin détendue.

On a envoyé des messages à la famille qui a cru à une plaisanterie. Un mois et demi avant terme ? Et oui. Le 20 avril à 11h49, Matthéo est né. On l’a posé quelques secondes sur moi avant de l’envoyer en service de néo nat. Il avait du mal à respirer. Mon accouchement s’était très bien passé.

Crédit photo : Arnaud Jaegers

En revanche la suite a été plus difficile. Bébé a passé un mois à l’hôpital. En couveuse puis dans un berceau incliné. Sous respirateur, des électrodes collées sur le torse, une sonde à oxygène au bras et une autre directe dans l’estomac pour le nourrir. Au bout d’une semaine j’ai dû quitter l’hôpital sans lui et revenir ensuite chaque jour en neo nat pour le voir, le toucher, l’encourager à aller mieux. Une épreuve!

Mais aujourd’hui notre petite crevette est à la maison et a bien rattrapé son retard. C’est un beau bébé joufflu. Certaines mamans savent pourquoi elles ont accouché plus tôt. Moi, je n’ai eu aucune explication. Les médecins n’en savent rien.

Notre enfant était semble-t-il seulement pressé de nous voir.

Cet article a 1 commentaire

  1. Voilà un joli témoignage plein d’émotions !
    Je suis contente que tout ce soit bien passé même si j’imagine que ça n’a pas été facile dans les jours qui ont suivi. En tous les cas on sent une maman heureuse et un bébé désormais en bonne santé. Que du bonheur !

Laisser un commentaire

Fermer le menu